Facebook tout puissant

Pour résumer rapidement la situation internautique au Cambodge, je dirais Internet = Facebook = la vie.
TOUT, TOUT, TOUT se fait par Facebook.

Un site corporate ? Pas besoin, une page Facebook.
Un e-shop ? Pas besoin, une page Facebook.
Inscrire son resto sur Google Maps ? Pas besoin, il y a Facebook !

C’est un peu déboussolant quand on débarque d’Europe et qu’on travaillait chez un leader de l’e-commerce. Mais c’est comme ça. Et c’est un des rares domaines où le Cambodge bat des records : des études ont montré que les facebookiens cambodgiens likent et partagent en moyenne 3 fois plus que la moyenne mondiale.

On se démarque tellement que pour tester son tout dernier Explore Feed, Facebook a choisi un déploiement dans six pays : la Slovaquie, le Sri Lanka, la Serbie, la Bolivie, le Guatemala et… le Cambodge.

Plusieurs choses à savoir sur l’utilisation du réseau dans le Royaume

Lire la Suite →

Du White building au Ghost building

DSCN8759

Le​ ​White building, barre d’habitation, ô combien, symbolique du centre ville Phnom-Penhois, appelé « l’immeuble » en cambodgien, est maintenant vide de ses habitants.

Cette étape marque l’aboutissement des négociations avec l’ensemble des propriétaires et leur acceptation des indemnités financières visant à leur faire quitter les lieux. Elle marque aussi la fin d’une copropriété emblématique et unique en son genre au Cambodge.
DSCN1458
La première fois que nous avons vu le white building, c’était il y a un an. Lire la Suite →

Nos premiers mariages cambodgiens

Nous avons eu la chance ce dernier mois d’être invités non pas à un, mais à deux mariages cambodgiens. C’est mon collègue qui nous a offert notre baptême du feu. Un matin au bureau, il m’a tendu une invitation toute dorée, avec mon nom, lui même en lettres dorées.

Prudente, je demandai alors à notre prof de khmer (qui est un peu notre explicateur officiel de coutumes cambodgiennes) : comment savoir si Benjamin est invité ? Oh là, me dit-il, avec un carton, tu peux venir avec toute ta famille si ça te fait plaisir !

C’est pourquoi le deuxième mariage auquel nous avons participé n’était autre que celui du petit cousin issu de germain de ma cousine germaine (à peu près). Ma cousine Sinoun, de passage au Cambodge et moitié cambodgienne, a été officiellement invitée, et on en a profité pour débarquer à 6 : son mari, ses enfants (jusque là tout va bien), et les incrustes Benjamin et Jessica. Apparemment ça n’a choqué personne qu’on ne connaisse personne !

Ce mode de fonctionnement fait donc que les mariages sont des MÂRIÂÂGES.

DSCN8816

Lire la Suite →

Mais que fait Nicolas Hulot !!

Tribune libre

Peuple de France

Le 22 juin 2017 marque une date historique. Pour la première fois depuis notre installation au Cambodge (il y a déjà un an !), il fait plus chaud sur le territoire de métropole qu’au kingdom of wonder.

Screenshot_20170622-065955
Par la présente, nous, les Cuketrits, prenons acte de cet état de fait, et, au nom du peuple cambodgien, souhaitons vous témoigner notre immense soutien dans cette adversité. Cette température, si dure à supporter, fait la une de tous les journaux, car il est toujours pertinent de rappeler à tout un chacun l’importance de marcher à l’ombre et de boire de l’eau. Lire la Suite →

Alone in la baie d’Along

On était un peu à l’arrache.

On a réalisé dans le mini bus qui nous conduisait de Phnom-Penh à Ho Chi Minh qu’on avait non seulement rien réservé pour la baie d’Along mais qu’en plus, on avait une idée assez vague de ce qui était possible.

Faut dire que le mois de mai au Cambodge ressemble à s’y méprendre au mois de mai français. Entre khmer New year, le 1er mai, la naissance de Bouddha et maintenant l’anniversaire du roi…​ Nos occasions ont été multiples de découvrir la région.
Ainsi pour fêter l’anniversaire du souverain, en prenant deux jours, on était capable de partir une semaine au Vietnam. Merci au monarque bien aimé.

Bref, la baie d’Along était pour nous une évidence, sorte de préalable immensément touristique à la découverte du pays. Pourtant j’appréhendais un peu…​ On ​avait déjà vu beaucoup d’images et le lieu est tellement réputé pour ses masses de touristes…​ Que j’avais peur que la magie ne prenne pas !

Lire la Suite →

La jungle des éléphants

Il était une fois un petit village paisible dans les montagnes cambodgiennes. Ses habitants vivaient des jours heureux, se nourrissant de pêche et de cueillette. Par une belle journée ensoleillée, un groupe de villageois décidèrent d’aller pêcher dans un lac non loin de chez eux. Une fois sur place, ils commencèrent à dérouler leurs lignes, mais le chef du groupe eut une idée: pour pêcher plus de poissons, vidons le lac ! Bluffés par son ingéniosité, tous les habitants se mirent à écopper, écopper, jusqu’à ce que le lac soit à sec. Les poissons frétillaient sur le sol par centaines, il n’y avait plus qu’à se servir. Les villageois se régalèrent et se remplirent la panse jusqu’à n’en plus plus pouvoir.

Mais la Nature avait assisté au spectacle, et se désolait du sort réservé au lac désormais à sec. Elle en réserva un bien pire pour ceux qui l’avaient trahie: tous ceux qui avaient mangé ce poisson trop facilement pêché furent transformés en éléphants !

La vie reprit son cours au village, et les humains s’habituèrent vite à leurs nouveaux concitoyens éléphants. Ils les utilisaient pour transporter les fruits de leurs récoltes, et porter les charges lourdes. Les éléphants, qui avaient gardé leur faculté de parole, disaient être plutôt contents de leur nouvelle vie.

Un matin qu’un des villageois ordonnait à son éléphant de porter du bois, celui-ci lui dit « Non, pas aujourd’hui, je suis fatigué, je n’ai pas envie. » Le villageois le laissa se reposer une journée. Le lendemain, l’éléphant lui fit la même réponse « Non, je suis encore fatigué, je veux me reposer ». Le villageois accepta. Mais au bout du 3ème refus, il perdit patience et frappa l’éléphant: « Voilà, ça t’apprendra à être paresseux ! ».

Alors, la langue de l’éléphant pivota sur elle-même, renvoyant son extrémité agile au fond de sa gorge. « Ma langue ! Ma langue ! Ma ll… Mmm, mm, mm! » fit l’éléphant. C’est depuis ce jour que les éléphants comprennent l’homme, mais ne peuvent plus lui parler.

C’est à peu près ce que nous a raconté Monsieur Hong autour du dîner, pour expliquer le lien particulier qui relie les Bunongs et les Elephants.

Monsieur Hong, c’était notre guide pour le week-end, et les Bunongs, c’est son peuple. Une minorité qui vit dans le Mondolkiri, une des rares régions montagneuses du Cambodge.

Lire la Suite →

10 trucs sympas quand on travaille au Cambodge

1. On met 15 minutes pour aller bosser (sauf Benjamin qui bat ses propres records de qui-bossera-le-plus-loin)

2. On peut se balader pieds nus, et ça choque personne

20160804_112125

Intervention du service informatique sur mon ordi

3. Chez certains clients on est même invité à retirer ses chaussures pour entrer en salle de réunion, histoire de négocier en chaussettes, en toute détente

Lire la Suite →

Une soirée dans le 51ième état des US

L’influence des États-Unis est partout au Cambodge. On le constate en premier lieu au travers de la relation au dollar, utilisé pour la vie courante autant que le riel (la monnaie nationale du pays).

Au distributeur, on peut retirer indifféremment dollars ou riels, et le taux de change est fixe (1 dollar = 4000 riels). On peut payer la vie de tous les jours dans la monnaie de son choix, et les prix sont d’ailleurs principalement affichés en dollars. Seul détail à savoir, il n’y a pas de centimes en circulation et la monnaie en dessous de 1 dollar sera systématiquement rendue en riel. Pour le calcul mental, c’est simple, avec 2000 riels = 50 cents, on s’en sort pas trop mal. Mais combien font 2,41 dollars ?  Lire la Suite →

Le paradis bien caché

Les visites récentes des potes et de la famille nous ont donné une nouvelle excuse pour partir se balader dans le pays quelques jours. Nous avons mis le cap sur Koh Rong et Koh Rong Sanloem, deux îles au large de la côte cambodgienne, construites depuis 2012 seulement, et connues pour leurs eaux turquoises et leur sable plus blanc que blanc.

dscn2596

La promesse était au rendez-vous. Un cadre paradisiaque, des bungalows les pieds dans l’eau, des noix de coco fraîches, des kilomètres de plage déserte.
On a rempli nos valises de photos Instagram et de marques de bronzage.

Mais, parce que les voyages forment vraiment la jeunesse, ces îles sont surtout l’école de la PATIENCE. C’est le parfait antidote aux restes de parisiens pressés et organisés qui sommeillent encore en nous.
Aux futurs vacanciers : inspirez, expirez, le paradis se mérite.

Lire la Suite →

Khmer 101

On apprend le Khmer.

On a choisi la méthode militaro-perroquet.
Ca veut dire que
1) Militaro : On a cours trois fois par semaine, dont deux fois de 7h à 8h DU MATIN. Le prof – dont c’est le 2ème cours de la journée – arrive en général au top de sa forme et ne comprend pas pourquoi on dort debout / on abandonne notre bol de céréales entamé sur le comptoir (après c’est mou et pas bon) / on traverse l’appart en courant en sous-vêtements quand il arrive en avance parce qu’on n’avait pas fini de s’habiller.

 

2) Perroquet : l’alphabet khmer est syllabique, mais il y a 33 consonnes, 24 voyelles, et quinze « voyelles indépendantes ». On nous a dit : soit vous apprenez à lire, et la progression sera comme ça :
 picture1
Soit vous n’apprenez que l’oral, et la progression sera comme ça :
picture2
On a bien sûr choisi la solution n°2.

Lire la Suite →